À propos>Histoire

bâtiment Flagey

L'histoire du paquebot
Partiellement classé en 1994 et sauvé en 1998 grâce à la s.a. Maison de la Radio Flagey, l’ancien bâtiment de l’Institut National de Radiodiffusion (INR) a trouvé un nouveau profil dynamique qui prolonge son histoire passionnante.

La création en 1930 de l’INR mit fin aux années pionnières de la radio. Face au développement de ce média, un édifice de diffusion de conception contemporaine devenait indispensable. A l’issue du concours lancé en 1933, un jury couronne le projet de l’architecte belge Joseph Diongre. Celui-ci combine le souci de recherche architecturale à la volonté de répondre aux exigences acoustiques et techniques les plus sévères. L’originalité du concept réside également dans la dimension d’accueil du public ainsi que dans le raffinement du détail, les matériaux utilisés et la création d’un mobilier adapté. Par la sobriété et le pragmatisme de sa conception, Diongre construit, de 1935 à 1938, « l’usine à sons » tant souhaitée et l’une des premières maisons de la radio en Europe.

Dès son lancement, le paquebot connaît une notoriété internationale. La qualité des studios (en particulier le Studio 4) est reconnue mondialement et attire les musiciens les plus prestigieux pour des concerts, des festivals ou des enregistrements (musique classique, contemporaine, jazz). Liée à la création radiophonique et musicale, le bâtiment voit en 1953 l’avènement de la télévision. Le bâtiment devint ainsi pendant plus de trente ans le pôle audiovisuel par excellence. Lorsque les occupants d’origine quittèrent le bâtiment en 1974, celui-ci allait héberger, et ce jusqu’à sa fermeture en 1995, plusieurs institutions culturelles lui donnant ainsi une nouvelle dimension.

Les initiateurs de la réaffectation du paquebot
Dans le courant de l’année ‘97, un groupe de travail composé de personnalités des secteurs privés et artistiques élabore un projet de sauvetage de l’édifice pour lui conférer une destination définitive et le restaurer. Une étude de faisabilité est réalisée dans le cadre du respect du classement partiel du bâtiment et de son désamiantage complet. La valeur emblématique d’une institution synonyme d’innovation culturelle et technologique, ses qualités stylistiques, techniques et urbaines donnent le ton pour la réaffectation du bâtiment. Le nouveau projet est résolument culturel et convainc d’emblée les propriétaires (RTBF et VRT) ainsi que les autorités concernées. Ensuite il ne faudra que quelques semaines à Robert Delville, Manfred Loeb et Piet van Waeyenberge, initiateurs du projet, pour atteindre leur objectif.

Constituée le 30 juin 98, la société anonyme Maison de la Radio Flagey, actuellement au capital de 47 millions d'euros, voit le jour et devient propriétaire de ce patrimoine architectural exceptionnel. Grande première en Belgique, trente entreprises belges se rassemblent pour sauver un chef-d’œuvre en péril et pour lui redonner sa splendeur d’origine.