livret programme
nl
Anthony Romaniuk, Jean-Paul Estiévenart, Marcel Ponseele

Jean-Paul Estiévenart, Benoît Laurent & Il Gardellino feat. Anthony Romaniuk

Triptyque

Programme

Misère : 
Improvisation sur BACH
J. S. Bach, Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen, BWV 12
Improvisation sur Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen
J. S. Bach, Aus tiefer Not schrei ich zu dir, BWV 38

Transition :
J. S. Bach, Ich steh mit einem Fuss im Grabe, BWV 156
A. Romaniuk & J-P. Estiévenart, "Transition"
J. S. Bach, de Concerto pour clavecin : Adagio, BWV 1052

Transfiguration :
J. S. Bach, de Gott soll allein mein Herze haben : aria, BWV 169
de Concerto pour clavecin : Allegro, BWV 1052
Mit Fried und Freud ich fahr dahin, BWV 125

Commentaire

Deux mondes si différents, baroque et jazz, se rencontrent. En touchant les cœurs des auditeurs, Marcel Ponseele et Jean-Paul Estiévenart savent que la Musique est une Langue Universelle qui peut tout transcender. Qu’un artiste est un humble serviteur au service de l’Art qui dépasse toute idéologie ou appartenance.

Un triptyque est une œuvre peinte ou sculptée en trois panneaux, dont les volets extérieurs peuvent se refermer sur celui du milieu. En ouvrant les volets, Jean-Paul Estiévenart, Marcel Ponseele et leurs musiciens souhaitent vous présenter une peinture musicale. Le programme se dessine en trois parties : le volet de gauche intitulé “la misère” esquisse la vallée des larmes ; le volet de droite “la transition” dépeint un changement dans la vie quotidienne ; le panneau central “la transfiguration”, les couleurs vives de la félicité transcendantale.

La musique pure de Bach et les réflexions jazz guident les auditeurs vers un banquet céleste.

Un répertoire pour nous surprendre et nous émouvoir, entre musique baroque et touches de jazz, tout en élégance et en force.

Musiciens

Jean-Paul Estiévenart, trompette
Benoît Laurent*, hautbois
Anthony Romaniuk, clavecin, orgue, piano
Sam Gerstmans, contrebasse 

IL GARDELLINO 
Joanna Huszcza, 
violon
Conor Gricmanis, violon
Kaat De Cock, alto
Bernard Wolteche, violoncello
Jan Van den Borre, flûte

* Pour cause de maladie, le hautboïste Marcel Ponseele est remplacé par Benoit Laurent, hautboïste de renommée internationale et professeur de hautbois baroque au Conservatoire Royal de Bruxelles, Hochschule für Musik Frankfurt et H.F.M. Würzburg. Le concept et la musique de ce triptyque, conçu comme un mélange unique de la musique de Bach avec des arrangements et des improvisations de Marcel Ponseele, Jean-Paul Estiévenart et Anthony Romaniuk, resteront inchangés.

Biographies

Jean-Paul Estiévenart, trompette

Jean-Paul Estiévenart est un trompettiste belge de jazz dont la carrière, tant comme leader que sideman, est étonnement dense et diversifiée. Sa pratique se nourrit d’une passion notoire tant pour la tradition et l’histoire de cette musique centenaire que pour les expériences modernes et l’improvisation libre. Son trio trompette/contrebasse/batterie dévoile ses talents de mélodiste et de soliste, alors que son quintet acoustique démontre la profondeur et l’élégance de ses compositions.

En plus de 15 années de carrière, il a partagé la scène avec de grands noms du jazz (Enrico Pieranuzzi, Avishai Cohen - trumpet, Logan Richardson, Eric Legnini, Dré Pallemaerts, Joe Lovano, Noel Gallagher, the Brussels jazz Orchestra, Perico Sambeat, Maria Schneider,…)… tout en nourrissant une admiration et une passion pour les musiques anciennes, essentiellement le Baroque. Et encore plus précisément, J.S. Bach.

Artiste en résidence pour le Brussels Jazz Festival 2022 à Flagey, Jean-Paul Estiévenart a profité de cette opportunité unique pour vivre enfin pleinement sa schizophrénie musicale, et convoquer ses maîtres baroques de l’ensemble Il Gardellino, afin d’interpréter à leur côté un de leurs fascinants répertoires.

 

Marcel Ponseele, hautbois

La rencontre entre Marcel Ponseele, imminent hautboïste, et le jeune trompettiste n’est pas un choc de contextes : ils vivent la musique et en parlent de la même façon. Ils se sont accordés sur un répertoire majoritairement de J.S. Bach, en trois tableaux d’intensités émotionnelles différentes. Ils vont se répondre, en adaptant quelque peu les compositions du maître allemand pour y introduire des envolées jazz.

 

Pour cause de maladie, le hautboïste Marcel Ponseele est remplacé par Benoit Laurent

 

Benoit Laurent, hautbois

Benoît Laurent commence la musique dès son plus jeune âge. Tout d’abord passionné par les musiques du monde, il découvre le monde de la musique classique, et entre au Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe de flûte à bec de F. de Roos. Parallèlement, il étudie le hautbois moderne auprès de S. Cremers. C’est tout naturellement à la croisée de ces chemins qu’il rencontre le hautbois baroque, pour lequel il a un réel coup de cœur. Il bénéficie pour cet instrument des conseils de P. Dombrecht et A. Van Lancker, et part ensuite se perfectionner en Allemagne auprès de M. Niesemann. Benoît obtient, en août 2008, un 2è prix au concours Musica Antiqua de Bruges dans la catégorie soliste.  Cette récompense le propulse sur le devant de la scène. À côté d’une pratique de la musique de chambre (notamment au sein des ensembles The 1750 Project et Wolf – ensemble d’instruments à vent anciens), il se produit dès lors avec les meilleurs orchestres et ensembles sur instruments anciens. On a pu l’entendre avec Vox Luminis, Balthasar Neumann, O [h] !, Annima Eterna, Akademie für alte Musik Berlin, La divina harmonia (L. Ghielmi), Concerto Köln, Basel Kammerorchester, Capella Cracoviensis, Les Agremens, Australian Chamber Orchestra… Ses enregistrements rencontrent un énorme succès et reçoivent les éloges des critiques. En 2020, Benoit Laurent a présenté avec succès une thèse de doctorat sur Giuseppe Sammartini et son répertoire pour instruments à vent (collaboration entre l’Université Libre de Bruxelles et le Conservatoire Royal de Bruxelles). Désireux de partager son enthousiasme et sa passion, Benoît enseigne le hautbois baroque ainsi que l’improvisation et l’ornementation en styles anciens au Conservatoire Royal de Bruxelles.

 

Anthony Romaniuk,  clavecin, orgue, piano

Le troisième soliste de l’ensemble est le claveciniste débridé Anthony Romaniuk. Il a l’habitude de casser les frontières entre les styles et est un passionné de jazz.

La voix artistique singulière du claviériste Anthony Romaniuk vient de son inlassable exploration d’une vaste palette de styles musicaux. Ce polyglotte musical naturel associe à sa formation classique ses talents d’improvisateur, ce qui lui permet de franchir les frontières entre les genres. Obsédé par le jazz dans sa jeunesse en Australie, il a étudié le piano classique à New York (Manhattan School of Music), a passé plusieurs années à se spécialiser en musique ancienne (clavecin et piano forte aux Pays-Bas) et, après ses études, a continué de se former dans les domaines de l’improvisation, du rock indépendant et de la musique électronique ambient. En tant que récitaliste classique, son répertoire s’étend de Byrd, Bach, Beethoven, Chopin et Brahms (souvent sur des instruments historiques) à Ligeti, Crumb et la musique contemporaine. Il travaille régulièrement avec la violoniste Patricia Kopatchinskaja et le ténor Reinoud Van Mechelen, et est également membre de Vox Luminis. Parmi ses autres collaborations remarquables, citons son travail avec les violoncellistes Peter Wispelwey et Nadège Rochat, l’Australian Chamber Orchestra, le Seattle Symphony Orchestra et le groupe de rock danois Efterklang. Il a joué dans de nombreuses salles de concert importantes, dont le Wigmore Hall (Londres), la Salle Gaveau (Paris), le Concertgebouw d’Amsterdam, le
Konzerthaus de Berlin, Bozar (Bruxelles) ainsi qu’au Festival Menuhin (Gstaad), outre de fréquents engagements aux États-Unis et en Australie. Son premier enregistrement en solo, Bells, est sorti chez Alpha Classics en 2020 et montre la manière dont il combine répertoire et
improvisation, employant les timbres de quatre instruments à clavier et repoussant délibérément les frontières de l’orthodoxie classique.

 

Sam Gerstmans, contrebasse

Enfin, parmi les instruments à cordes, le contrebassiste Sam Gestmans, jazzman virtuose, lie les deux univers et suit Jean-Paul dans ses échappées…

Issu d'une famille de musiciens, Il commence la musique très jeune. Arrivé à sa majorité, il joue du violon, de la trompette, de la basse électrique, un peu de guitare et un peu de piano. Il a déjà joué, Bach, Mozart, Schubert, Shostakovich, The Beatles, Jimi Hendrix,... Là, il découvre le jazz... Il s'inscrit au jazz studio pendant un an puis rentre au Conservatoire Royal de Bruxelles pour 5 ans. Durant ses études, il commence la contrebasse dans la pièce "La Maître et Marguerite" au Théâtre des Martyrs à Bruxelles et l’intègre dans son cursus au Conservatoire. Cela fait aujourd'hui 15 ans qu'il accompagne diverses formes musicales; jazz, musique du monde, Pop... Ses groupes actuels sont Jean-Paul Estiévenart Trio, Les Violons de Bruxelles, Mohy/Liégeois/Gerstmans trio, Steve Houben Trio/Quartet, "Jazz For Kids" avec Manu Hermia et Pascal Mohy, NINA (hommage à Nina Simone), Olivier Colette Trio.

 

Il Gardellino

Il Gardellino est un volcan actif : toujours en ébullition et prêt pour une explosion artistique. L’ensemble réalise des recherches approfondies sur le contexte historique des œuvres, afin de les rendre fidèles au style du public de notre époque. C'est ainsi qu’il a développé son propre idiome sonore au fil des ans.

L'admiration pour l'œuvre de Johann Sebastian Bach constitue le cœur du répertoire d'Il Gardellino, mais l'ensemble relève le défi fascinant d'interpréter la musique de compositeurs injustement moins connus. En témoignent les nombreux enregistrements sur CD et les concerts avec la musique d'Eichner, Graun, Fasch, Janitsch, Stölzel et récemment aussi Mysliveček. L'ensemble adore se produire dans des lieux historiques, où l'interaction harmonieuse entre musique et architecture crée un dialogue avec le public. Il fait régulièrement appel à des solistes de renom et travaille avec Peter Van Heyghen comme chef d'orchestre. À partir de 2020, une collaboration structurelle avec le Chœur de la Radio flamande, dirigé par Bart Van Reyn, sera mise en place pour l'interprétation du répertoire baroque pour chœur.

Il Gardellino est très apprécié tant au niveau national qu'international, et l'ensemble est présent dans les principaux festivals et salles de concert en Europe (notamment le MA Festival Bruges, le Festival Early Music Utrecht, Musica Sacra, le Festival de Sablé, le Festival de Saintes, les Thüringer Bachwochen, les festivals de Prague, Innsbruck, Berlin, Regensburg, Leipzig, Barcelone, etc.), ainsi qu'en Australie, en Asie, aux États-Unis, en Amérique centrale et du Sud, en Israël et en Russie. Les tournées de concerts sont généralement combinées avec des master classes.

Il Gardellino peut se prévaloir d'une riche discographie, enregistrée pour les labels Accent, Klara, Eufoda et Passacaille. Ces enregistrements sont très appréciés par la presse et le public et plusieurs d'entre eux ont été récompensés par la presse internationale, comme le Diapason d'Or et Classica.

Friends of Flagey

Fellows

Charles Adriaenssen, Bernard Darty, Paulette Darty, Diane de Spoelberch, Geert Duyck, Marc Ghysels, Irene Steels – Wilsing, Maison de la Radio Flagey S.A. / Omroepgebouw Flagey N.V.

Great Friends

André Beernaerts, Mireille Beernaerts, Patricia Bogerd, Anne Castro Freire, António Castro Freire, Marie Irène Ciechanowska – Zucker, Bernard Claeys, Stephen Clark, Pascale Decoene, Chantal de Spot, Jean de Spot, Alain Dromer, François Hinfray, Ulrike Hinfray, Ida Jacobs, Patrick Jacobs, Peter L’Ecluse, Virginie Louvois, Sasha Marston, Martine Renwart, Hans Schwab, My-Van Schwab, Maria Grazia Tanese, Pascale Tytgat, Dirk Van Gerven, Colienne van Strydonck, Piet Van Waeyenberge, Andreas von Bonin, Katinka von Bonin, Dimitri Wastchenko, Jacques Zucker

Friends

Steve Ahouanmenou, Boudewijn Arts, Alexandra Barentz, Eric Bauchau, Joe Beauduin, Marijke Beauduin, Hughes Beernaert, Marie Biebuyck, Véronique Bizet, Dominique Blommaert, Monique Bréhier, Gauthier Broze, Nicole Bureau, Olivier Chapelle, Catherine Chatin, Robert Chatin, Anne-Catherine Chevalier, Jacques Chevalier, Marianne Chevalier, Angelica Chiarini, Andre Claes, Theo Compernolle, Colette Contempre, Chris Coppije, Philippe Craninx, Jean-Claude Daoust, Joakim Darras, Elisabeth de Bethune, François de Borchgrave, François de Borman, Francesco de Buzzaccarini, Olivier de Clippele, Sabine de Clippele, Nicolas de Cordes, Eric De Gryse, Marie-Christine de La Rochefoucauld, Eloise de Lasteyrie du Saillant, Brigitte de Laubarede, Alison de Maret, Pierre de Maret, Manuela de Patoul, Dominique de Ville de Goyet, Sabine de Ville de Goyet, Charles de Villegas de Clercamp, Françoise De Viron, Sebastiaan de Vries, Stéphane De Wit, Godefroid de Woelmont, Agnès de Wouters, Philippe de Wouters, Anne Deblander, Katya Degrieck, Gérard Dejardin, Béatrice Delvaux, Chantal Deruyttere, Gauthier Desuter, Muriel Dhanis, David D’Hooghe, Suzannah D’Hooghe, Frederika D’Hoore, Anne-Marie Dillens, Stanislas d’Otreppe de Bouvette, Amélie d’Oultremont, Patrice d’Oultremont, Jean Louis Duvivier, Jan Eggermont, Patricia Emsens, Bruno Farber, Jeannette Favart, Catherine Ferrant, Isabelle Ferrant, Veronique Feryn, Claude Frédérix – Oreel, Henri Frédérix, Alberto Garcia-Moreno, Nathalie Garcia-Moreno, André Ghuys, Anne Marie Ghuys – Back, Hélène Godeaux, Claire Goldman, Serge Goldman, Pierre Goldschmidt, Christine Goyens, Philippe Goyens, Louis Grandchamp des Raux, Arnaud Grémont, Margarete Hofmann, Dominique Hollanders de Ouderaen – Favart, Veerle Huylebroek, Kathleen Iweins, Guy Jansen, Yvan Jansen, Dominique Kaesmacher, Patrick Kelley, Deborah Konopnicki, Jeff Kowatch, Winifred Kowatch, Albert Lachman, Barbara Mayer, Jean-Louis Mazy, Nadine Mazy – Vander Elst, Luc Meeùs, Marie-Christine Meeùs, Christel Meuris, Delphine Misonne, Lydie-Anne Moyart, Sabine Overkämping, Martine Payfa, Michel Penneman, Ingeborg Peumans, Marie Pok, Chantal Quoirin, Agnes Rammant, Jean-Pierre Rammant, Anne-Marie Retsin, André Rezsohazy, Claudia Ritter, Catherine Rutten, Désirée Schroeders, Myriam Sepulchre, Sarah Sheil, Amélie Slegers – Collette, Pierre Slegers, Edouard Soubry, Anne-Véronique Stainier, Fenny Steenks, Frank Suykens, Jan Suykens, Frank Sweerts, Dominique Tchou, Marie-Françoise Thoua, Danielle t’Kint de Roodenbeke, Jean t’Kint de Roodenbeke, Jelleke Tollenaar, Vanessa Van Bergen, Marie-Paule Van Craynest, Els Van de Perre, Katrien Van de Voorde, Radboud van den Akker, Odile van der Vaeren, Stella Van der Veer, Paul Van Dievoet, Henriëtte van Eijl, Paul Van Hooghten, Frédéric van Marcke, Lydie Van Muylem, Stéphanie van Rossum, Roland Van Velthoven, Alain Vandenborre, Marie Vandenbosch, Marie Vander Elst, Charlotte Vandoorne – Hanssens, Christophe Vandoorne, Yvette Verleisdonk, Brigitte Verlinder, Olivier Verstraeten, Pascale Vilain, Ann Wallays, Sabine Wavreil, Christian Weise, Jean-Pierre Winant, Nathalie Zalcman, Folkert Zijlstra, Clinimetrics S.A., Management & People Development Sprl

et tous ceux qui souhaitent garder l’anonymat

version 23.03.2021

Partenaires

Vous aimerez également