Yomeddine (Shawky)

Yomeddine

A. B. Shawky

Guéri et veuf, Bashay quitte sa léproserie pour une longue errance dans la vallée du Nil, à la recherche d’une famille dont il ne sait plus rien. Yomeddine est un road movie émouvant, arpentant avec tendresse et empathie, mais sans dissimulation, une société en recherche de nouveaux modèles et de nouveaux espoirs. Rady Gamal (un copte) est un authentique ex-lépreux : ses cicatrices ne doivent rien au maquillage, et le jeune A.B. Shawky, sélectionné dès sa première réalisation pour la compétition de Cannes, a un avenir prometteur.

L’EXPRESS 

Ce qu'il y a de formidable dans "Yomeddine", c'est cette envie de montrer une Egypte inédite, loin des clichés cairotes ou touristiques (la seule pyramide qu'on voit, authentique, est inconnue et abandonnée de tous), de transmettre des valeurs fondamentales (comme, bien sûr, le droit à la différence), avec une farouche volonté de divertir. - Christophe Carrière

LE FIGARO

Une œuvre simple et tenace comme ses personnages. - Etienne Sorin

MOUSTIQUE

Porté par la grâce et une liberté de cinéma rare, ce premier long métrage sélectionné au Festival de Cannes vous fera découvrir des personnages extraordinaire. - Juliette Goudot


Flagey, Cinematek

Dans le cadre de

Sorties nationales