Nicholas Angelich
Nicholas Angelich / S. De Bourgies

Brussels Philharmonic Nicolas Angelich

Dans son opéra The Sacrifice, James MacMillan livre un récit de conflit tribal et de discorde, qui s’achève cependant sur une note d’espoir et de réconciliation. Strauss a lui aussi cherché l’inspiration dans le folklore et a donné vie à Tijl Uilenspiegel, personnage de fiction facétieux, dans un poème symphonique.

En 1858, Johannes Brahms écrit son premier concerto pour piano. Contre toute attente, l’œuvre reçoit un accueil glacial. Le compositeur attendra vingt ans – il a alors 44 ans – avant d’oser lui donner une suite : le Concerto pour piano n° 2 est son 83e opus. Brahms parvient pour la première fois à trouver le parfait équilibre entre inspiration et technique – il éprouve enfin l’impression d’être un compositeur accompli.

Flagey, Brussels Philharmonic

Nicholas ANGELICH : BRAHMS, Concerto pour piano n°2, Klavierstücke op.76