Diamantino (Gabriel Abrantes & Daniel Schmidt)

Diamantino

Gabriel Abrantes & Daniel Schmidt

Finale du Mondial 2018, Diamantino, icône absolue du football, perd son génie. Un but manqué : une carrière brisée. Commence alors pour la star déchue une folle odyssée, où se confronteront néo-fascisme, crise des migrants, trafics génétiques délirants et quête effrénée de la perfection. Un premier film remarquable, voguant entre les genres. Grand Prix de la Semaine de la Critique 2018.

Flagey, Brussels International Film Festival


Gabriel Abrantes & Daniel Schmidt

Le réalisateur américano-portugais Gabriel Abrantes, né en 1984, étudie dans un premier temps à la Cooper Union à New-York puis à l’institut des Beaux-Arts. Il réalise deux court-métrages dont A history of mutual respect qui gagne un Léopard d’or au Festival de Locarno. La même année, il fonde sa société de production « A mutual respect ». Il réalise par la suite Pan ne pleure pas en 2014, un projet composé de trois de ses court-métrages. (Taprobana, Liberdade et Ennui Ennui) Pendant la semaine de la critique en 2018 au Festival de Cannes, il gagne le Grand prix pour son dernier film Diamantino. Ce film est co-réalisé par le réalisateur, scénariste et monteur américain Daniel Schmidt. Celui-ci reçu beaucoup de récompenses dans sa carrière dont une mention spéciale, un prix spécial du jury, un Léopard d’or et le prix de la meilleur mise en scène pour sa comédie The unity of all things, sorti en 2013.