Claudia Cardinale la Più Bella Italiana di Tunisi

Courts métrages Cardinale

L'Aveugle et la Cardinale (Frédérick Laurent)
Parce qu’il est séduit et qu’il sait que leur rencontre n’est pas due au seul hasard, et qu’il veut l’en convaincre, Thomas raconte à Julie des histoires dont il a été acteur ou témoin, et qui toutes nous posent la question de ce qui nous relie et nous connecte les uns aux autres. Mais sommes-nous tous capables de percevoir ce singulier et poétique mystère ?

Un Café... l'addition (Félicie Dutertre & François Rabes)
Ancienne vedette d'une série TV, Julie travaille désormais dans un restaurant oriental tenu par Mme Gigi, pied-noir à la forte personnalité. Elle attend désespérément le prochain rôle qui la sortira à nouveau de l'anonymat, lorsqu'un client la reconnaît...

Chaine d'or (René Vautier)
Au moment de l’indépendance, les propriétaires de gros bateaux décident de vendre, alors que beaucoup de petits pêcheurs se retrouvent bientôt sans travail. Leurs femmes décident alors de mettre en commun leurs anneaux d’or pour les vendre et ainsi racheter des bateaux. Le film remporte l’Ours d’argent au festival de Berlin-Ouest en 1958.

Claudia Cardinale la plus belle Italienne de Tunis (Mahmoud Ben Mahmoud)
« Sicilienne de Tunisie depuis trois générations », comme elle aime à le répéter, Claudia avait à peine 17 ans lorsqu’elle remporta le titre de « la plus belle italienne de Tunis », distinction qui devait lui ouvrir la voie à une carrière de star internationale du 7ème art. Dans ce film que nous lui consacrons, elle évoque avec émotion et nostalgie sa prime jeunesse passée entre Tunis où elle est née et Carthage où elle a poursuivi ses études, et les attaches profondes qu’elle a conservées avec la Tunisie dont elle se dit volontiers « l’ambassadrice ». Son témoignage montre le sens de l’hospitalité des tunisiens lorsqu’ils accueillirent les immigrés siciliens tout au long du XIXème siècle est une invitation explicite à une plus grande tolérance de l’Europe à l’égard des émigrés des pays du sud.

Flagey, Brussels International Film Festival


Frédérick Laurent
Frédérick Laurent passionné de cinéma depuis son plus jeune âge, est aujourd"hui le réalisateur et scénariste de quatres court-métrages. Il devient dans un premier temps premier assistant réalisateur grâce à de nombreux stages sur des tournages. Il réalise son premier court-métrage Le retour de l'enfant prodigue à l'âge de 24 ans. Quatres ans plus tard, il réalise Origami. Son troisième court-métrage, À vif, est lauréat du prix "Ligne de courts" en 2011. Pour son dernier court-métrage en date, les rôles principaux sont joués par Claudia Cardinale, actrice mythique du cinéma, la comédienne Hafsia Herzi, César de la meilleure actrice pour son rôle dans La graine et le mulet ainsi que l'acteur belge Thomas Coumans. En 2014, le scénario de son premier long-métrage Walter est sélectionné à Cannes.

Félicie Dutertre & François Rabes
François Rabes et Félicie Dutertre sont des producteurs connus, notamment pour la production du film La Cité des enfants perdus. Depuis ils sont inséparables. Ils écrirons et réaliseront trois courts métrages : Arthur, Good luck Mr. Grosky et Un café... l'addition.

René Vautier
René Vautier est né en 1928 en France. En 1948, il est diplômé de l’Institut des Hautes Études Cinématographiques (IDHEC), section réalisation. Son premier film, Afrique 50, a été projeté clandestinement et lui vaudra 13 inculpations et une condamnation de prison. C'est le premier film anticolonialiste français, un chef-d’œuvre du cinéma engagé. Après plusieurs tournages en Afrique, avec entre autres son film Algérie en flammes, il rentre en France et lutte pour une réforme de la commission de censure cinématographique. En 1974, il reçoit un hommage spécial du jury du Film antiraciste pour l’ensemble de son œuvre. Il meurt en 2015 à Cancale en France.