Une Femme douce (Bresson)

Quatre adaptations de Fiodor Dostoïevski

Si les romans de Dostoïevski ont influencé la littérature mondiale, le théâtre ou les philosophes, ils inspirent aussi les cinéastes. Notre échantillon comprend deux adaptations d’Une Femme douce, segment de son Journal d’un Écrivain : le classique de Robert Bresson avec Delphine Seyrig et le tout récent opus de Loznitsa, détourné vers le pamphlet politique. Ses arrière-pensées rejoignent celles de Wajda, dénonçant la violence révolutionnaire dans son adaptation des Possédés, parue aussi sous le titre Les Démons. Pour La Vengeance d’une femme, Jacques Doillon s’est, lui, librement inspiré de L’Éternel mari.

En collaboration avec CINEMATEK

Programme